Comment investir comme Warren Buffett

Investir comme les riches, c’est le meilleur moyen de le devenir. C’est en partant de ce postulat que j’ai choisi ma méthode d’investissement. Cette stratégie qui aujourd’hui me permet de vivre de ma passion.

L’investisseur de légende qui a inspiré ma stratégie d’investissement n’est autre que Warren Buffet. Dans l’article du jour, j’aimerais revenir sur ce qui a fait de Warren Buffet le meilleur investisseur dans la valeur de tous les temps.

Même si Warren Buffet est regardé comme le plus fameux investisseur dans la valeur au monde, il n’est pas un investisseur dans la valeur de la trempe de Benjamin Graham ou de Walter Schloss. Ceux-ci se concentrant sur les mégots de cigares, les valeurs délaissées par le marché sans aucun futur. La philosophie de Buffett est d’investir dans des entreprises de bonnes qualités au juste prix plutôt que d’investir dans des entreprises de mauvaises à qualités à bon prix.

 

Warren Buffett et sa philosophie d’investissement

Warren Buffett croit qu’un bon investissement en action est le résultat du modèle économique de l’entreprise. La valeur intrinsèque d’une entreprise provient de sa capacité à dégager des revenus à un rythme croissant chaque année. Buffet voit les actions comme des obligations à rendements variables. Le rendement de ces obligations est équivalent aux bénéfices sous-jacents de l’entreprise. Si l’entreprise est de bonne qualité, les bénéfices seront prévisibles et augmenteront constamment à  la différence des obligations dont le rendement est fixe.

Le prix auquel Buffet va acheter une action est bien sûr une considération, mais ce n’est pas aussi critique que cela l’était pour Benjamin Graham. Graham recommandait d’acheter des actions en dessous de leurs actifs nets réévalués. Permettant de protéger l’investisseur avec une marge de sécurité importante.

Buffett de son côté considère le modèle économique de l’entreprise comme sa marge de sécurité.

Une entreprise médiocre verra sa valeur intrinsèque se déprécier à travers le temps en raison de résultats décevants. Le cours de bourse de l’action finit généralement par converger vers la valeur intrinsèque de l’entreprise ce qui se traduit par une perte pour l’investisseur.

En conséquence, Buffett vise des entreprises prospères. Des entreprises dont la valeur intrinsèque est en expansion et qu’il cherche à acheter à un prix raisonnable.

Mais qu’est-ce qu’un prix raisonnable? D’abord il compare le prix par rapport aux bénéfices que l’entreprise peut raisonnablement espérer selon le secteur de l’entreprise, l’équipe de direction de celle-ci, etc.

Ensuite il achète l’action s’il pense qu’il peut espérer un rendement annuel minimum de 15% sur une période de 5 à 10 ans. Le but de Warren Buffet n’est pas de vendre. Tant que l’entreprise conserve des bons fondamentaux, il conserve sa position pour éviter de payer l’impôt sur les gains en capital et ainsi profiter au maximum de la magie des intérêts composés.

 

Critère de sélection

Buffet porte une attention particulière aux types d’entreprises dans lesquelles il souhaite investir. Il cherche des produits ou des services dont la demande sera croissante. Il cherche des entreprises faciles à comprendre et dont le business modèle gravite autour de son domaine de compétence.

À ses yeux, il existe deux types d’entreprises :

  • Les firmes dépendantes de matières premières qui vendent des produits sur des marchés très compétitifs ou les prix jouent un rôle clef dans la décision d’achat du consommateur. Prenons comme exemple les constructeurs automobiles, les pétrolières, les producteurs d’aliments tels que le blé, le riz le maïs, etc.
  • Les entreprises protégées par un avantage comparatif et ne connaissant pas de concurrence effective. Prenons comme exemple Coca Cola, Apple, les médias, etc.

Comment détecter les entreprises dépendantes des matières premières?

  • L’entreprise dispose de faibles marges bénéficiaires (bénéfice net divisé par ventes);
  • L’entreprise ne dispose pas de clients loyaux;
  • Le secteur dispose de nombreux fournisseurs offrant le même produit;
  • Le secteur a tendance à avoir un excès de capacité
  • Les bénéfices ont tendance à être erratiques;
  • La rentabilité de l’entreprise dépend fortement des capacités de la direction à utiliser les actifs corporels;

Comment Buffet fait-il pour détecter les entreprises disposant d’un avantage comparatif?

Pour déterminer si l’entreprise dispose d’un avantage comparatif suffisant, Warren Buffett se pose la question suivante : s’il avait accès à des milliards de dollars et les 50 meilleurs gestionnaires au monde, pourrait-il commencer une entreprise et rivaliser avec l’entreprise en question? Si la réponse est non, l’entreprise est très certainement protégée de la concurrence par une forme d’avantage comparatif.

Voici quelques exemples d’entreprise qui intéresse Warren Buffett:

  • Les entreprises qui fabriquent des produits qui s’usent rapidement et qui ont donc besoin d’être renouvelés régulièrement. Le meilleur exemple selon Buffet est Coca-Cola. Un consommateur de Coca Cola aura besoin de remplacer sa bouteille une fois celle-ci terminée. En outre, il existe une fidélité à la marque sans précédent ainsi qu’une reconnaissance mondiale du produit. D’autres exemples pourraient se trouver dans les médias, certaines sociétés pharmaceutiques propriétaires de brevets reconnus. À cela s’ajoute les restaurants de marques populaires tels que McDonald, etc.
  • Les entreprises de publicités et de communication qui proposent des services que les firmes doivent utiliser si elles veulent atteindre les consommateurs. Ce secteur est un incontournable, les entreprises auront toujours besoin de promouvoir leurs produits.
  • Les entreprises proposant des services aux consommateurs toujours en demande. Ce genre d’entreprises requièrent peu de capitaux. Prenons comme exemple Visa et MasterCard.

Les caractéristiques financières des entreprises protégées par un avantage comparatif

Buffet croit que l’avantage comparatif est un ingrédient clé d’une excellente entreprise. Encore faut il que les gestionnaires de celle-ci soit capables de tirer avantage de cet avantage comparatif.

Pour être considéré, une entreprise doit répondre aux caractéristiques suivantes :

  • Une forte tendance haussière des bénéfices sur une longue période de temps: Buffet veut s’assurer que l’équipe de direction est capable de tourner l’avantage comparatif en valeur pour l’actionnaire.
  • Un très bon contrôle des finances: Les entreprises protégés par un avantage comparatif ont tendent à dégager d’importants flux de trésoreries réduisant le besoin de dette à long terme. Warren Buffet n’est pas opposé à l’utilisation de la dette quand celle-ci est utilisée à bon escient. Pour une acquisition d’une entreprise qui pourrait renforcer l’avantage concurrentiel de l’entreprise par exemple.  
  • Un rendement des capitaux propres supérieur à la moyenne des entreprises du secteur: Le rendement des capitaux propres des entreprises du S&P500 à évolué dans les alentours de 10% depuis 1928. Typiquement, Warren Buffett se concentre sur des entreprises offrant un rendement des capitaux propres égal ou supérieur à 15%. C’est une bonne indication que l’équipe de direction utilise les bénéfices non distribués à bon escient.
  • Un niveau élevé de bénéfices non distribués: Warren Buffett estime que la croissance provient du réinvestissement des bénéfices dans l’entreprise. Ainsi il privilégie les sociétés qui ont tendance à réinvestir leurs bénéfices dans l’entreprise plutôt que de les distribués sous forme de dividendes.
  • Un faible niveau dépense pour maintenir les opérations courantes: Plus le niveau de dépense de maintien des opérations courante est faible, plus le montant alloué à la croissance de l’entreprise est importante. Ainsi l’entreprise dispose de plus de fond pour financer son expansion.
  • Très bonne utilisation des bénéfices non distribués: C’est un des facteurs les plus importants selon Buffett. Une excellente allocation des bénéfices non distribués dans la croissance de l’entreprise à travers son expansion, le rachat d’autres entreprises ou le rachat de ses propres actions. Il est du devoir de la direction de déterminer ou l’allocation du capital offre le meilleur retour sur investissement. Ainsi Buffet examine l’historique de l’équipe de direction afin de savoir si ils ont par le passé fait bon usage des ressources offertes par l’entreprise.

Valoriser une action comme Warren Buffett

Identifier les entreprises digne d’intérêt n’est que la première étape de la stratégie d’investissement de Warren Buffett. L’étape suivante consiste à déterminer si le prix d’achat au cours actuel à un sens économique. Warren Buffett utilise plusieurs méthodes pour déterminer la valeur intrinsèque d’une action, parfois assez sophistiqué. Je vais vous détailler ici quelques techniques de valorisations simplifiés que Warren Buffet utilise pour savoir en un clin d’oeil si l’entreprise est digne de passer une autre batterie de recherche.

La première approche

Elle consiste à analyser le retour sur investissement de l’entreprise par rapport au rendement des bons du trésor à 10 ans en prenant le bénéfice annuel de l’entreprise et en le divisant par par le rendement des bons du trésor à 10 ans.

Par exemple, si je prend l’action Coca Cola dont le bénéfice à été de 1.91$ par action en 2017 et que je le divise par le rendement des bons du trésor à 10 ans égal à 2.88% à l’heure actuel, j’obtiens le résultat suivante :

1,91 / 2,88 * 100 = 62.84

La valeur intrinsèque de Coca Cola selon cette méthode est de 62,84$ par action. Au cours actuel de 43,99$, un investissement dans Coca-Cola offre une marge de sécurité importante.

L’idée à retenir est qu’au prix de 43,99$, l’action Coca Cola offre un rendement égal à celui des bons du trésor à 10 ans avec en plus la possibilité de croissance du bénéfice. Préférez vous un bon du trésor offrant 2,88% à perpétuité ou une action offrant un rendement initial de 2,88% la première année puis un rendement plus élevé dans les années subséquentes car le bénéfice par action augmente?

La deuxième approche

Elle consiste à extrapoler le rendement futur de l’action en se basant sur le taux de croissance du bénéfice historique de l’entreprise puis à le multiplier par son PER moyen à 10 ans.

Prenons encore une fois le cas de Coca Cola, le taux de croissance annuel du bénéfice par action à été de 1.53% entre 2007 et 2016. Si j’extrapole et admet  que le taux de croissance à l’avenir restera le même. Alors dans 10 ans, le bénéfice par action sera égal à 1,73$. Le PER moyen de Coca Cola à été pendant cette même période (2007-2016) de 21.7 fois les bénéfices de l’entreprise.

1,73$ x PER21.7 = 37.57$

Ce n’est pas finis, la plupart des entreprises dans lesquels Warren Buffet investis payent un dividende, il faut donc inclure le dividende dans le calcul de la valeur intrinsèque en estimant celui-ci. La croissance du dividende de Coca Cola à été de 7,49%. Ici deux scénarios possible, le dividende continu de croître au même rythme ou bien il continu de croître au rythme du bénéfice par action.

Le dividende de Coca Cola en 2016 est de 1,40$ par action alors que le bénéfice par action est de 1,49$ ce qui nous donne un ratio de distribution de 93%, on vois bien que le taux de croissance du dividende ne pourra pas continuer au même rythme que par le passé car celui-ci finirait par dépasser le bénéfice par action ce qui n’est matériellement possible que en le payant par la dette ce qui n’a aucun intérêt économique pour l’investisseur. Si le ratio de distribution avait été bien plus faible, nous aurions pu extrapoler un scénario ou la croissance du dividende est supérieur à la croissance du bénéfice. Dans ce cas, on accepte que le rendement du capital investis dans l’entreprise est moins attractif qu’une distribution du dividende.

Pour reprendre notre exemple de Coca-Cola, le dividende est de 1,40$ et j’estime qu’il peut raisonnablement croitre au rythme de l’entreprise à savoir 1,53% chaque année.

À la fin de la période le dividende aura rapporté au total 15,24$. Le tableau ci dessous énumère tous les paiements.

La phase finale du calcul consiste à additionner la valeur des bénéfices futur + la valeur des dividendes futur et ainsi trouver la valeur intrinsèque de l’entreprise.

37,57$ + 15,24$ = 52.81$

Maintenant que le futur prix de l’action est estimé, il est possible de déterminer le rendement annuel à 10 ans de l’investissement. Warren Buffett exige un rendement d’au moins 15% annuel.

Dans notre exemple le prix de l’action étant de 44$ à l’heure ou j’écris ces lignes et le prix dans 10 ans sera de 52,81$, le rendement annuel de l’investissement est égal à 1,84% annuel. Warren Buffett n’aurait pas acheté Coca Cola au prix actuel.

Cette méthode de valorisation est intéressante car elle est simple à mettre en place et à comprendre, elle valorise la croissance du bénéfice, l’écart de valorisation (expansion du PER) et le dividende. Cette méthode est très similaire à la méthode de valorisation du rendement total.

Suivis du portefeuille et revente

Buffet ne favorise pas une diversification importante pour de multiples raison, la première étant que si il est vrai que la diversification diminue le risque du portefeuille, elle en diminue aussi le rendement. Buffet privilégie une analyse minutieuse des entreprises dans lequel il investis afin d’éviter toute mauvaise surprise. Le risque du portefeuille est d’autant plus réduit qu’il n’investis que quand l’action se paye en dessous de sa valeur réel. Cette marge de sécurité lui procure en outre une performance meilleur que la moyenne.

Buffet est par ailleur un investisseur de long terme, certains de ses investissements ont été en portefeuille pendant des dizaines d’années. Il conservera sa position aussi longtemps que les fondamentaux sont bon et qu’il n’existe pas ailleur une alternative d’investissement offrant un meilleur potentiel. En agissant de la sorte, il minimise l’impact des taxes sur son portefeuilles.

 

Pour conclure

Warren Buffett identifie des entreprises d’extrêmement bonne qualité protégées par un avantage comparatif. Il attend ensuite que le cours de l’action atteigne un niveau qui lui offre un rendement à long terme supérieur à 15 %. Quand cela se produit, il passe à l’achat et conserve son investissement aussi longtemps que les fondamentaux de celui-ci sont bons.

Cela semble facile à première vu, mais pour un investisseur individuel, cette stratégie demande beaucoup d’effort et de patience.

Pour les investisseurs ayant la persévérance de suivre la voie de Warren Buffet, cette stratégie peut offrir le succès financier à long terme.

À bon entendeur…

1 Comment »

Laisser un commentaire